Your Company Name and Logo
Animation médiévale, fêtes médiévales, contes, concerts pédagogiques, instruments anciens, mille ans d'histoire de la flûte...
Coordonnées : Henri Lasserre - Tél. : 06.81.92.75.80 - henri@le-troubadour.com
Animation événementielle - Soirée médiévale - Soirée d'entreprise - Animation moyen âge - Fêtes médiévales - Concerts pédagogiques - Contes - Arbre de noël - Spectacle pour enfant - Maison de retraite - Animation pour restaurant - Anniversaire et animations pour particuliers - Instruments moyen âge - Musique médievale



Peut-on parler de l'état de troubadour comme étant un métier ?
 Le mot métier est défini dans le dictionnaire LAROUSSE comme une
« Activité sociale définie par son objet, ses techniques, etc... »
Être troubadour est bien une activité, toujours selon le dictionnaire LAROUSSE :
« Action de quelqu'un, d'une entreprise, d'un pays dans un domaine défini ... »
Comme on ne peut pas nier qu'un troubadour est quelqu'un, et qu'il agit au sein d'un environnement social, on peut donc admettre que la première partie de la définition est respectée.
La plus part ont un statut légal très précis, qu'ils soient entrepreneurs ou intermittents.
Définie par son objet : Distraire, faire revivre une certaine époque, la faire connaître, on pourrait en trouver de nombreux.
Ses techniques : On ne peut pas nier non plus que ce métier nécessite la maîtrise d'instruments et de langages anciens et donc, certaines aptitudes techniques à l'exercer.
Être troubadour est donc un métier au sens moderne du terme.
De nombreux métiers anciens renaissent à partir d'une certaine nostalgie, on en parle beaucoup dans les médias, il est indiscutable que celui-là en fait partie.
Mais, qu'était le métier de troubadour ?
Le troubadour faisait partie des jongleurs : Ce terme n'a pas, à l'époque, la connotation très spécifique que nous lui accordons aujourd'hui mais englobe tous les métiers dont la vocation est d'amuser, du latin "joculare". Ce mot jongleur désignait donc autant les musiciens, les chanteurs et les conteurs que les acrobates, mimes, danseurs, les cracheurs de feu, les bateleurs...
Les saltimbanques, le "bas de l'échelle", ils se produisent sur les places publiques ou dans les tavernes...
Les instrumentistes, quand ils sont aptes à reproduire les mélodies et faire danser la foule sur un instrument de musique.
Enfin, les troubadours qui maîtrisaient à la fois l'art poétique, et qui composait des mélodies pour accompagner le texte.

En réalité, les troubadours étaient ceux qui s'exprimaient en langue d'OC, langue du sud de la Loire, les trouvères étaient au nord et les ménestrels,, du bas-latin ministralis, serviteur, qui étaient rattachés à un seigneur qu'ils étaient chargés de distraire.
La France s'étant linguistiquement unifiée depuis l’ordonnance de Villers-Cotterêts signée par le roi François premier en 1539 et le système féodal ayant disparu, il n'y a plus lieu de différencier les appellations.

Le métier de troubadour peut s'appeler aussi celui de trouvère ou ménestrel et même de bardes dont ils assuraient la continuité philosophique comme je démontrerai à la page suivante. Ainsi, des poètes chanteurs comme Brel, Brassens, et bien d'autres, ont assuré la continuité de ce métier venu du fond des âges et qui ne s'est jamais éteint.

Oui, être troubadour est bien un métier !







LE METIER DE TROUBADOUR